Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
14/02/2023
10813

Les châteaux les plus romantiques à visiter en amoureux

Mystérieux et à l’abri des regards, les châteaux ont été, pendant des siècles, le refuge d’idylles romantiques.

Pour la Saint-Valentin, revenez sur les romances de couples célèbres, déployées dans le cadre magique de ces demeures extraordinaires.  

  • Château de Malmaison, Ile-de-France
  • Cité Royale de Loches, Centre-Val de Loire
  • Château de l’Islette, Centre-Val de Loire
  • Château de la Mignarde, Provence-Alpes-Côte d'Azur
  • Château le Kinnor, Normandie
  • Château de Villarceaux, Ile-de-France
  • Le petit trianonn©Jean-Pierre Dalbéran
  • Château de Chaumont-sur-Loire

Château de Malmaison, Hauts-de-Seine

« Je n'ai pas passé un jour sans t’aimer » écrit le jeune Napoléon Bonaparte à Joséphine de Beauharnais, dans une correspondance datée de 1796, peu de temps avant leur mariage. Acquis en 1799 par Joséphine, le château de Malmaison, édifié au XVIIe siècle, est agrandi par le couple pour remplacer l’ancienne demeure par une villa néo-classique. Après le coup d'Etat du 18 brumaire, Napoléon réunit son gouvernement aussi bien aux Tuileries qu'au domaine de la Malmaison.

Ne pouvant pas lui donner d’héritier, « la belle Créole » est  finalement répudiée par l’Empereur en 1809. Il lui laisse notamment la Malmaison et toutes ses collections. Elle partage alors son temps entre ses voyages, sa passion pour la botanique, et l’entretien du château.

Réservez votre visite au château de Malmaison  

 Château de Malmaison © Château de Malmaison

 

Cité Royale de Loches, Indre-et-Loire

La Cité Royale de Loches, bâtie sur un éperon rocheux, surplombe la vallée de l’Indre depuis le XIe siècle. Reconnaissable grâce à son donjon et son logis royal, entourée d’une immense muraille, cette merveille de l’architecture gothique inspire les amours du roi Charles VII et de sa maîtresse Agnès Sorel. Lors de leur rencontre en 1443, elle est alors demoiselle de compagnie d’Isabelle de Lorraine, duchesse d’Anjou. Entrée au service de la reine Marie d’Anjou, elle devient favorite de Charles VII, de vingt ans son aîné.

Agnès Sorel, surnommée la « dame de beauté », repose désormais dans la collégiale Saint-Ours de Loches, où est conservé son gisant. La cité médiévale est restée l’une des résidences favorites des Valois jusqu’à la fin de la Guerre de Cent Ans.

Réservez votre visite à la Cité Royale de Loches 

 Cité Royale de Loches © Cité Royale de Loches

Château de l’Islette, Indre-et-Loire

L’architecture du château de l’Islette, haut de trois étages et flanqué de deux tours imposantes, rappelle celle d’Azay-le-Rideau. Lieu privilégié au bord de l’Indre, le château de l’Islette est propice aux promenades bucoliques. Son jardin à l’anglaise, ses rivières, et ses allées d’arbres centenaires forment un écrin de verdure autour du château.

Ce lieu, protégé du tumulte parisien, a d’ailleurs déjà charmé deux sculpteurs remarquables, et amants passionnés, du XIXe siècle : Auguste Rodin et Camille Claudel. Cette dernière écrit dans une correspondance à Rodin : « Vous ne pouvez vous figurer comme il fait bon à l’Islette … et c’est si joli là ! Si vous êtes gentil à tenir votre promesse, nous connaîtrons le paradis ! ».

Réservez votre visite au château de l'Islette  

 Château de l’Islette © Château de l'Islette

Château de la Mignarde, Bouches-du-Rhône

Le château de la Mignarde est connu pour avoir été le théâtre des amours de Pauline Bonaparte, sœur de Napoléon Ier et princesse Borghèse, avec Auguste de Forbin de la Roque-d’Anthéron.

Elle y séjourne plusieurs fois entre 1807 et 1813 grâce à l’hospitalité de Jean-Baptiste Rey, autrefois propriétaire du château. En déambulant dans les splendides salles intérieures, il est encore possible de voir sa baignoire en marbre blanc, aux canons entourés de fleurons sculptés, dans laquelle la princesse prenait des bains au lait d’ânesse.

Des parterres d’iris mettent en valeur le sublime corps ocre de l’édifice, bâti selon les critères architecturaux des bastides : riches demeures typiques de la région d’Aix-en-Provence.  

Réservez votre visite au château de la Mignarde 

 

Château le Kinnor, Calvados

Entouré d’un parc reconnu pour ses arbres remarquables dans la vallée d’Auge, le château du Kinnor comprend un long corps de logis, flanqué de deux pavillons en pierres en bossage appliquées sur les briques et l'enduit roses.

Ce château est édifié au XVIe siècle par le Maréchal Guillaume VI de Hautemer en l’honneur de sa seconde épouse. Trois siècles plus tard, il accueille l’idylle de François-René de Chateaubriand et de son égérie, Delphine de Custine, marquise de Sabran, qui en est alors propriétaire.

Châteaubriant vient régulièrement y retrouver « la paix et le bonheur ». L'écrivain profite de ce lieu d’inspiration pour écrire plusieurs de ses œuvres. Il s’inspire notamment de la maîtresse des lieux pour créer Velléda, surnommée « Reine des Roses » dans son ouvrages des Martyrs.

Réservez votre visite au château le Kinnor 

  Château le Kinnor © Château le Kinnor 

Château de Villarceaux, Val-d'Oise

Château fort jusqu’au XIVe siècle, le domaine de Villarceaux a été considérablement remanié à la Renaissance pour devenir une grande propriété agricole, et une résidence de plaisir.

Situé au cœur du parc naturel régional du Vexin, le domaine est réputé pour son architecture, ses jardins et ses plans d’eaux, dessinés selon la mode italienne de l’époque.

La beauté des lieux inspira d’ailleurs la romance d’un couple fameux. Sous le règne de Louis XIV, Ninon de Lenclos séjourne au Domaine de Villarceaux, alors propriété de son amant, le marquis de Villarceaux.

Cette courtisane et femmes de lettres donne son nom à l’un des pavillons, renfermant d’exceptionnels décors des XVI et XVIIe siècles. Elle prête également son nom à une pièce d’eau d’agrément de forme régulière, dans laquelle se reflète le château. Un édifice des plus romantiques où l’histoire se découvre au gré des jardin et fontaines.

 Château de Villarceaux © Clic Souris

Le Petit Trianon du château de Versailles, Yvelines

En 1758, le roi Louis XV commande la construction d’un petit château dans les jardins de Versailles, loin des émulations de la Cour. C’est à son premier architecte, Ange-Jacques Gabriel, que revient la responsabilité de bâtir un pavillon de taille suffisamment conséquente pour y loger une partie de la suite du roi.

Achevé en 1768 est un véritable manifeste de l’architecture néo-classique. En pleine adéquation avec les goûts de son temps, le Petit Trianon incarne à la perfection l’architecture « à la grecque » qui se répand alors en Europe. Nommé Petit Trianon pour le distinguer du Trianon de marbre voisin, cet édifice devient rapidement un lieu propice à l’intimité.

Louis XVI devenu roi, offre le Petit Trianon à son épouse Marie-Antoinette. La reine en fait son séjour favori, loin des tumultes de Versailles. Elle entreprend d’importants travaux extérieurs pour parfaire son cocon et s’approprier ce nouvel espace.

Elle transforme ainsi le jardin botanique de Louis XV en un jardin anglo-chinois dans l’air du temps. Lieu de familiarité de divertissement et de liberté, le Petit Trianon arbore un charme certain propice à l’intime et aux promenades romantiques.

Le petit trianon ©Jean-Pierre Dalbéran

 

Le château de Chaumont-sur-Loire, Loir-et-Cher

Le domaine de Chaumont-sur-Loire a fait l’objet de grandes convoitises tout au long de son histoire. Bâti dès le Xe siècle par le comte de Blois, Eudes Ier, l’édifice était, à l’époque, une simple forteresse défensive.

C’est l’ancienne favorite d’Henri II, Diane de Poitiers, qui dote Chaumont de l’essentiel de sa structure et de sa beauté actuelle. Elle entreprend, dès 1559, la construction du chemin de ronde à mâchicoulis et poursuit l’édification de l’aile orientale et du châtelet.

Le Château de Chaumont, tel qu’il apparaît aujourd’hui, a été construit à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle. Il s’inscrit dans le prodigieux essor que connaît à cette époque le Val-de-Loire où, la présence de la cour favorise son rayonnement la construction de splendides châteaux dans la vallée de la Loire.

Somptueusement aménagé, c’est au couple Marie-Charlotte Constance et Henri-Amédée prince de Broglie, que nous devons la richesse des décors de Chaumont. Devenus propriétaires en 1875, ils n’ont cessé d’embellir le domaine au cours de leur idylle. Ils dotent même le domaine d’un parc luxuriant.

Aujourd’hui propriété de la région Centre-Val de Loire, ce monument fait partie des châteaux romantiques les mieux préservés de France. Il a d'ailleurs inspiré Walt Disney pour créer le château de Cendrillon. Un véritable havre de paix où les promenades bucoliques enchantent les cœurs !

Réservez votre visite au château de Chaumont-sur-Loire avec Patrivia. 

Château de Chaumont-sur-Loire

 Amoureux du patrimoine ? Pour la Saint-Valentin, offrez un Pass duo pour visiter 650 joyaux français et belges, à deux, pendant 1 an !

Tags: