Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
12/05/2023
93826

Qui sont les saints de glace ?

Selon la tradition populaire, les agriculteurs et les jardiniers amateurs doivent, chaque année, se méfier des gelées, provoquées par les saints de glace, célébrés les 11, 12 et 13 mai. Durant cette période, les cultures sensibles au gel doivent encore parfois être protégées sous un voile d'hivernage ! 

Mais, savez-vous qui sont ces saints et pourquoi ces trois jours du mois de mai sont-ils restés ancrées dans notre calendrier ? Nous vous dévoilons l’histoire et les origines des saints de glace !

Les saints de glace : une tradition ancestrale

La référence aux saints de glace remonte au début du Moyen Âge, dès le VIe siècle de notre ère. 

On trouve des évocations de cette première quinzaine de mai, dans le calendrier julien puis dans le calendrier grégorien.

Selon la croyance populaire, le pays connaîtrait, à ces dates fatidiques, un regain de gelées, qui pourrait compromettre la croissance des semis fraîchement mis en terre.

Dans certaines coutumes, ce refroidissement soudain à cette époque de l'année, serait dû à la traversée, par la terre, d’un nuage de poussières infimes, qui occulterait partiellement le rayonnement solaire et provoquerait des baisses de températures.

Aucune étude scientifique n’a pu démontrer ce fait jusqu’ici.

La lune rousse ou les gelées nocturnes

En réalité, peu de gelées surviennent spécifiquement au cours de ces trois jours là. Mais, les nuits claires peuvent encore provoquer des températures négatives en plaine, jusqu’à cette période de l’année.

Ce phénomène de variations importantes de températures, entre le jour et la nuit, est également appelé "Lune Rousse" dans la tradition populaire.

Cette lunaison, qui suit les fêtes de Pâques, connaît des gelées nocturnes qui peuvent faire roussir les jeunes pousses, nées grâce aux températures clémentes de la journée !

Début mai, le risque de gelées est donc encore bien présent ! 

Les trois saints de glace fêtés en mai

Jusqu’aux années 1960, les saints célébrés les 11, 12 et 13 mai sont saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais.

 

Saint Mamert de Vienne, célébré le 11 mai

Il est le saint qui a le plus de lien avec la croyance des saints de glace.

Évêque de Vienne, en Gaule, de 460 à 475 environ, il introduit les Rogations dans l'Église catholique. Cette tradition, adaptée de la fête romaine des Robigalia, se déroule sur les trois jours précédents l’Ascension.
Du latin rogare « demander », ces trois journées sont consacrées à des processions et rituels pour favoriser la prospérité des cultures et éloigner tout cataclysme climatique.

Saint Pancrace de Rome, célébré le 12 mai

Il est le saint patron des enfants et adolescents et protecteurs des animaux domestiques.

Pancrace naît en Phrygie au IIe siècle. Orphelin, il est emmené à Rome par son oncle, proche de l’empereur Dioclétien. Converti au christianisme par le pape Corneille, il est dénoncé à l’empereur. Refusant d’abjurer sa foi, le garçon de 14 ans est décapité.

Saint Servais de Tongres, célébré le 13 mai

Né en Arménie, en 300, ce saint de glace est nommé évêque de Troyes, puis premier évêque de Tongres et de Maastricht.

Servais participe à de nombreux conciles au cours desquels il se distingue par son éloquence et sa défense des principes du Concile de Nicée. Particulièrement populaire en Belgique et aux Pays-Bas, il est notamment invoqué pour protéger le bétail de la fièvre aphteuse.

La période des saints de glaces et la tradition populaire

Calendrier de Pierre de Crescent, vers 1306. Manuscrit du XVe siècle

C’est ainsi à ces saints que font référence de nombreux dictons populaires dont voici un florilège :

« Saints Pancrace, Servais et Boniface apportent souvent la glace. »

« Saint Servais, saint Pancrace et saint Mamert font à trois un petit hiver »

« Avant saint Servais, point d'été ; après saint Servais, plus de gelées. »

Depuis 1960, ces saints de glace ont été remplacés dans nos calendriers par sainte Estelle, saint Achille et sainte Rolande.
Cette dernière a elle aussi son dicton météorologique : « Après sainte Rolande, l'été fait place grande. »

 

Comme les Trois Mousquetaires, les saints de glace seraient en fait quatre !

En effet, saint Urbain, célébré le 25 mai est très fréquemment cité, comme en témoignent ces dictons : « Mamert, Pancrace, Servais sont les trois saints de Glace, mais Saint-Urbain les tient tous dans sa main » ou encore « quand la Saint Urbain est passée, le vigneron est rassuré ». 

Dans les régions où le climat est plus doux tout au long de l'année, comme au bord de la Méditerranée, le gel ne frappe pas au-delà du mois d'avril. Les saints cavaliers ou les Cavaliers du froid annoncent, de la même manière que les saints de glace, le risques de gelées sur les plantations. 

Selon les régions, ces saints varient : saint Georges le 23 avril, saint Marc le 25 avril, saint Vital le 28 avril, saint Robert le 29 avril, ou encore saint Eutrope le 30 avril.  

Amis à la main verte, vous savez désormais pourquoi il vous est conseillé d’attendre que les saints de glace soient passés, donc après la mi-mai, voir le 25 mai, avant de semer vos fleurs et vos plantes les plus délicates !

  Retrouvez ici tous nos articles sur les traditions et fêtes qui rythment notre calendrier !

 

Découvrez le Pass Patrimoine : profitez gratuitement pendant 1an de plus 650 monuments en France et en Belgique !

Tags: