Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
3286

Le château d'Oiron : le plus méridional des châteaux de la Loire

L'émission Cap Sud-Ouest vous invite au château d'Oiron situé dans le département des Deux-Sèvres. Survolez le domaine en drone et découvrez l'histoire de ce lieu exceptionnel géré par le Centre des Monuments nationaux avec son administrateur.

Entre art contemporain et préservation du patrimoine, ce reportage sur l'œuvre des Gouffiers vous transportera au cœur de l'histoire de France.

 

D’une seigneurie locale au domaine des Gouffiers

L'actuel château d'Oiron se situe sur l'ancienne seigneurie des Oiron, détenue par une famille locale des Deux-Sèvres. Mais en 1446, Louis d'Amboise vend Oiron à Jacques Charrier et Pierre Bérart, maître d'hôtel du roi Charles VII et trésorier de France.

En 1448, Jean de Saincoins, receveur des finances du Poitou, achète le domaine. Compromis dans des affaires liées à Jacques Cœur, Jean de Saincoins est disgracié vers 1449. Ses biens, dont le domaine d'Oiron, sont alors saisis par la Couronne. C’est à cette date que débute la véritable histoire du château d’Oiron et de son origine.

Artus Ier Gouffier et le château d’Oiron

Château d'Oiron dans les Deux-Sèvres ©Papay

Alors propriété de la Couronne, le domaine d'Oiron est offert, en 1449, à Guillaume Ier Gouffier par Charles VII. C’est à Claude Gouffier, petit-fils de Guillaume Ier Gouffier, que nous devons la construction de l’actuel château.

C’est en mettant toute sa carrière au service de la Cour qu’il obtient, au cours du temps, de grandes faveurs de la part du roi. En 1535, le souverain le fait premier gentilhomme de la chambre. En 1545, Claude Gouffier reçoit la charge de capitaine des cent gentilshommes de la maison du roi, avant d’accéder, en 1546, au prestigieux office de grand écuyer de France.

C’est à cette époque qu’il entreprend de faire du modeste logis médiéval d’Oiron, un château digne de ce nom. De ces travaux demeure aujourd’hui toute la galerie basse de l’aile nord. Bâtie dans un style Renaissance, elle arbore de magnifiques colonnes torsadées ainsi que des portraits des empereurs romains. Mais le véritable joyau de ce lieu est la galerie peinte du premier étage.

La Galerie du Grand Écuyer

Érigée peu avant 1550, cette galerie est un exemple d’exception du style de l’École de Fontainebleau. Longue de 55 mètres, elle fait partie des plus grandes galeries de France. Elle se compose de 12 scènes illustrant avec un goût certain, l’antique histoire de Troie ainsi que trois épisodes de l’Énéide de Virgile.

Œuvre grandiose, vraisemblablement exécutées par un atelier italien d’Émilie, elle est un témoin de l’esprit de création artistique qui animait Oiron à la Renaissance. Jouant sur des cadres en trompe-l’œil, cette œuvre picturale redonne vie au héros troyen, Énée.

L’art et la créativité, les véritables maîtres des lieux

Salle d'armes, Château d'Oiron dans les Deux-Sèvres ©Peccadille

Grâce à sa grande richesse, due notamment aux très nombreuses acquisitions foncières de sa famille, Claude Gouffier a pu assouvir sa passion pour l’art. Ainsi, des tapisseries, teintures de cuir, de l’argenterie ou encore des livres enluminés ont trouvé refuge dans le château d’Oiron aux côtés d’illustres peintures.

Grand connaisseur de l’art de son époque, Claude Gouffier fait de ce château des Deux-Sèvres, le lieu d’exposition de sa grande collection. Ainsi, ces murs abritaient de véritables toiles de maître. C'est à Oiron que se trouvaient le Saint Jean-Baptiste de Raphaël et le portrait du roi Jean le Bon, tous deux aujourd’hui conservés au Musée du Louvre.

Le château d'Oiron un patrimoine splendide à l'épreuve du temps

Château d'Oiron dans les Deux-Sèvres ©Peccadille

Au fil des siècles, l'édifice perd de sa superbe et interpelle les érudits et artistes de la région. Plantations illicites de froment dans les douves, humidité dans la galerie Renaissance ou encore pièces cloisonnées, dégradent le château.

Les premiers travaux sont entrepris dès 1642 par Charlotte Gouffier. Ainsi, l'ensemble de la bâtisse est rénové et le corps de logis et le pavillon du roi sortent de terre. D'autres entreprises de sauvegarde du patrimoine sont effectuées aux cours des années.

Ces travaux, respectueux du style architectural, permettent de mettre en valeur de magnifiques parties de l'édifice telles que la chambre du roi et la galerie Renaissance. Après quelques années passées loin du faste et des regards, le château d’Oiron a retrouvé son aura artistique d’antan.

Aujourd’hui un lieu de création dédié à l’art contemporain

Château d'Oiron dans les Deux-Sèvres ©ID Number THX 1139

La création et la sensibilité artistique ont toujours fait l'objet d'une grande attention de la part de la famille Gouffier. Pour perpétuer ce goût pour la culture et la sollicitation des sens, le ministère de la Culture décide, dès les années 1990, de faire de ce lieu, une galerie d'art contemporain.

Soucieux de respecter le passé du château, la collection exposée à Oiron s'inspire des œuvres historiques du monument. En effet, la collection du grand écuyer Claude Gouffier s'inscrivait dans la lignée des plus grands cabinets de curiosité. C'est ainsi qu'en 1993, est inauguré le premier volet de la collection Curios et Mirabilia.

Cette initiative est le plus important projet mené en France d’inscription de la créativité contemporaine dans un patrimoine ancien.

Enrichie au fil du temps, cette collection d'art contemporain tend à renouer avec l’esprit de curiosité de la Renaissance. Aussi, elle privilégie une approche sensible de la connaissance et de la création. L’ouïe, l’odorat, le toucher, la vue et, à quelques occasions, le goût, sont sollicités pour faire de la visite de ce monument historique du Poitou, une expérience sensorielle unique.

Désormais présentée dans sa totalité, elle est une véritable référence d'innovation de mise en valeur du patrimoine, de la culture et de notre histoire de France. Alors, poussez la porte de ce magnifique monument historique et laissez vos sens vous guider à travers les siècles et les surprises du temps.

Pour en savoir plus sur le château, suivez ce lien.

Visitez plus de 650 sites en France et en Belgique gratuitement avec le Pass Patrimopine !

Tags: