Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
24/08/2023
8790

Sur la route des temples en Pays de Montbéliard : une histoire du protestantisme

Dans le Pays de Montbéliard, ancienne principauté de l’Est de la France, se dressent fièrement des églises protestantes appelées communément temples. Ce patrimoine religieux raconte l’histoire mouvementée d’un territoire où le protestantisme s’est fortement ancré, il y a plus de 500 ans.

Véritable enclave protestante, le Pays de Montbéliard est marqué par la présence de princes allemands à partir des fiançailles, en 1397, d’Henriette de Montfaucon, comtesse de Montbéliard, avec Eberhard IV, de la maison de Wurtemberg en Allemagne. C'est seulement en 1793 que Montbéliard est rattachée à la France.

Témoin de cet ancrage religieux, le Pays de Montbéliard compte encore 70 temples, dont dix ont été sélectionnés pour leurs intérêts patrimonial et historique dans une brochure éditée par l’Office de Tourisme intitulé « 10 temples à découvrir dans le Pays de Montbéliard ».


Temple de Saint-Julien-lès-Montbéliard © Clo & Clem

La réforme luthérienne dans le Pays de Montbéliard

Portrait de Frédéric Ier de Wurtemberg ©OT Pays de Montbéliard - collection château de Montbéliard

Seulement sept ans après la publication des 95 thèses de Martin Luther sur les portes de l’église de Wittemberg, en Thuringe en Allemagne, Ulrich, comte de Montbéliard et duc de Wurtemberg, de 1503 à 1550, abandonne la foi catholique pour se convertir au luthéranisme.

Mécontent des abus du clergé catholique de Montbéliard,il fait appel à des disciples de Martin Luther dont Guillaume Farel qui vient à Montbéliard.

Devant le succès de la Réforme qui se propage rapidement, les princes suisses tentent d’empêcher cette avancé par tous les moyens. En écho, l’archevêque de Besançon proclame, en 1527, l’excommunication de tous les habitants du comté de Montbéliard. Ulrich est contraint de se séparer de Guillaume Farel, arrivé à Montbéliard trois ans auparavant. L’excommunication est finalement levée en 1529.

Un autre réformateur protestant, Pierre Toussain, se met, en 1535, au service d'Ulrich. Ancien chanoine de Metz, il supprime la messe, dès son arrivée et renvoie les prêtres afin de transformer les églises en lieux de culte protestant.

Dans le contexte des luttes dogmatiques entre luthériens et calvinistes, Pierre Toussain, partisan de Luther, rompt avec Guillaume Farel et Jean Calvin. Il faut attendre 1586 pour que le prince Frédéric mette un terme à ces luttes intestines entre luthériens et calvinistes et impose le luthéranisme comme religion officielle, selon le principe «cujus regio, ejus religio » (tel prince, telle religion), obligeant les calvinistes à fuir Montbéliard.

Le Pays de Montbéliard définitivement luthérien

Portrait d'Henri Ier, duc de Guise, dit le Balafré, XVIe siècle ©Public domain

Lorsque éclatent, en France, en 1562, les guerres de Religion, un afflux massif de réfugiés protestants arrive dans le Pays de Montbéliard. 

Au cours des guerres de Religion, des affrontements armés se déroulent dans le Pays de Montbéliard. Frédéric de Wurtemberg noue des alliances avec le fils de l’amiral de Coligny, l’un des chefs de guerre protestants et sympathise avec Henri de Bourbon, futur Henri IV. Ces liens provoquent la colère du duc Henri Ier de Guise, chef de la Ligue catholique, qui envoie, en 1587, ses troupes, pour incendier et piller Montbéliard et ses environs.

À Dampierre-les-Bois, l’église catholique, transformée en temple protestant vers 1540, est incendiée par les armées du duc de Guise. Rebâti en 1655, le temple est aujourd'hui reconnaissable à sa flèche, d’une hauteur exceptionnelle.

Malgré cette volonté du duc de Guise de rétablir le culte catholique, le Pays de Montbéliard devient entièrement protestant à la fin du XVIe siècle.

Le temple Saint-Martin : chef-d’œuvre du XVIIe siècle

Le temple Saint-Martin ©OT Pays de Montbéliard

Lorsque la paix revient, en 1599-1600, le prince Frédéric de Wurtemberg effectue un voyage en Italie avec l’architecte Wurtembergeois, Heinrich Schickhardt. À leurs retours il commande à l’architecte la construction d’un temple, au cœur même de la ville de Montbéliard pour remplacer un édifice trop petit.

Le chantier débute en 1601 et se termine en 1607. D'inspiration italienne, le temple Saint-Martin est érigé dans un style Renaissance : plafond à caissons, décors peints s’inspirant de l’architecture extérieure du temple…

Pendant la Révolution française, l’édifice est transformé un Temple de la Raison. Rendu au culte protestant, le temple Saint-Martin devient, au cours de la Première Guerre mondiale, un magasin pour la farine. Aujourd’hui, le temple Saint-Martin de Montbéliard est considéré comme une œuvre majeure de la Renaissance. C’est, en effet, le plus grand temple protestant de France ayant été construit spécialement pour le culte de la réforme au début du XVIIe siècle.

Depuis 2021, les restaurations du temple ont permis de découvrir, entre autres, des peintures originelles, datant du début du XVIIIe siècle ou encore des frontons de portes. D’autres secrets restent encore à découvrir. Les artisans poursuivent ce travail long et minutieux, pour une réouverture du temple prévue en 2024 !


L'intérieur du temple Saint-Martin ©Pays de Montbéliard

Le Pays de Montbéliard : une terre d’accueil pour les protestants

Temple Saint-Georges, Montbéliard © A.BourgeoisP

Au XVIIe siècle, le Pays de Montbéliard devient une terre de refuge pour les protestants qui souhaitent continuer à pratiquer leur religion librement. Le temple Saint-Martin n’est pas suffisant pour accueillir les nombreux émigrés français protestants.

Pour faire face à cet afflux, le comte Georges II de Wurtemberg demande, en 1674, l’édification d’un nouveau lieu de culte protestant : le temple Saint-Georges. Les travaux sont interrompus deux ans après, sur ordre du maréchal de Luxembourg, chargé par le roi Louis XIV d’occuper la principauté. Le temple est finalement consacré en 1739. Situé dans l'ancien quartier historique de la NeuveVille, l’édifice conserve de somptueux décors en trompe-l’œil et en faux marbre.

Désacralisé depuis 1949, le temple Saint-Georges sert actuellement de salle de conférence et de congrès.

Malgré la volonté du roi Louis XIV, qui a annexé dès 1700 une partie de la principauté, de voir le retour des prêtres catholiques, de nouveaux temples sont fondés. En dépit de plusieurs tentatives du pouvoir royal en faveur du catholicisme, le Pays de Montbéliard reste une terre protestante.

En 1748, un point d'entente est trouvé entre le roi Louis XV et le duc Charles-Eugène de Wurtemberg : le Pays de Montbéliard reconnaît la suzeraineté de la France sur les terres annexées. En échange, le roi de France accorde aux habitants une tolérance pour exercer leur culte.

À la suite de cette convention, signée à Versailles, une quinzaine de temples sont construits, comme dans les villages de Sainte-Suzanne, d’Aibre ou encore de Mandeure. 

Le Pays de Montbéliard et la France

Temple de Présentevillers © Office de Tourisme du Pays de Montbéliard

Le Pays de Montbéliard est définitivement rattaché à la France en 1793. Ce rattachement à la France entraîne, en 1816, une division de l'ancienne principauté, en trois départements : Haute-Saône, Doubs et une partie du Haut-Rhin, devenue Territoire de Belfort en 1922.

De nouveaux temples sont érigés au XIXe siècle. À Présentevillers, on reproduit, en 1852, une copie, aux dimensions réduites, du temple protestant de Saint-Martin.

De même à Saint-Maurice-Colombier, le chœur XVIIIe siècle est détruit, en 1822, pour transformer l’édifice en temple protestant.  
 

  • Temple de Colombier-Fontaine © OT Pays de Montbéliard
  • Intérieur du temple de Présentevillers © OT Pays de Montbéliard
  • Temple de Blamont © OT Pays de Montbéliard
  • Temple de Sainte-Marie © OT Pays de Montbéliard
  • Temple de Saint-Julien-lès-Montbéliard © OT Pays de Montbéliard
  • Temple de Villars-lès-Blamont © OT Pays de Montbéliard
  • Temple d'Allenjoie © OT Pays de Montbéliard
  • Temple d'Herimoncourt © OT Pays de Montbéliard

Un itinéraire des temples en Pays de Montbéliard

La Route des temples en Pays de Montbéliard ©OT Pays de Montbéliard

Ces siècles d’histoire ont laissé au Pays de Montbéliard, près de 70 édifices protestants !

Pour explorer ces richesses du patrimoine local, une brochure, éditée par l’Office de Tourisme, vous invite à sillonner l'ancienne principauté, à la découverte de dix édifices représentatifs du patrimoine et de l’histoire : oratoire de Bart, temples de Bavans, de Clairegoutte, de Colombier-Fontaine, de Dampierre-les-Bois, de Présentevillers, de Saint-Julien-lès-Montbéliard, de Saint-Maurice-Colombier, de Seloncourt et de Voujeaucourt. 

Des Randos’Temples sont également organisées au départ de certains villages pour explorer ces sites inédits du Pays de Montbéliard. Randonnée, visites commentées des temples et découverte de produits du terroir garantissent aux marcheurs un moment convivial !

Ces temples, vous racontent, tels des livres ouverts, plusieurs siècles d’histoire religieuse ! Venez y faire halte lors votre séjour au Pays de Montbéliard !

Pour en savoir plus sur l'Itinéraire des Temples en Pays de Montbéliard et les Randos'Temples

 

Article réalisé en partenariat avec Pays de Montbéliard Tourisme.

Tags: