Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
23/04/2023
8772

L'origine française du mot fashion

Nombreux sont les anglicismes utilisés dans la langue française. Le mot anglais fashion est utilisé massivement aujourd’hui dans l’univers de la mode.

Depuis le XIXe siècle, l'usage du mot fashion dans les textes publiés, n'a cessé d'augmenter. 

Il est associé notamment à la célèbre Fashion Week, créée en 1943 à New York. Cette semaine de la mode, qui a lieu deux fois par an, est dédiée aux nouvelles collections, qui sont présentées par les créateurs et les grandes marques lors de grands défilés. 

Mais, Paris et la France demeurent le siège de la mode et du luxe. Le mot fashion tire d'ailleurs son origine de la langue française ! Voici l'histoire méconnue de ce terme ancien...


Publicité pour la mode féminine 1908-1909

Le mot fashion : une origine française ou anglaise ?

Le raffinement des tenues au XIVe siècle, aquarelle et rehauts de gouache par Eugène du Faget, vers 1832, Bibliothèque nationale de France

Le mot anglais fashion tire son origine du terme français « façon ».

La « façon » correspondait aux savoir-faire liés à la confection de vêtements luxueux. En Normandie, où l’on parlait la langue d’oïl, la « façon » se disait d’ailleurs « faichoun ».

Avant la Renaissance, la cour de France, réputée pour son raffinement et son luxe, est admirée par le royaume d’Angleterre. Les échanges commerciaux entre les deux royaumes s’accroissent au fil des siècles. Les vêtements français ainsi que la « façon » de les fabriquer s’exportent de l’autre côté de la Manche.

Progressivement, la prononciation de « façon » par la noblesse anglaise, se transforme en fashion. Le terme se propage ensuite rapidement à travers les autres régions du monde. 

Le XIXe siècle ou les débuts du mot fashion en France

Jean Béraud, Les jardins de Paris, 1905

On retrouve régulièrement l’emploi de ce mot anglais dans la littérature française du XIXe siècle, comme dans Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas, publié en 1844 : « C'est encore une des habitudes de notre fashion parisienne d'arriver au spectacle quand le spectacle est commencé ». Alexandre Dumas désigne les pratiques du beau monde parisien. 

Chez Honoré de Balzac, dans Le Cousin Pons, publié en 1847, l'un des personnages est décrit comme un roi de « la fashion parisienne ». 

C’est en effet à cette époque, sous le règne de Louis-Philippe, que la mode prend un nouveau tournant, celui de la haute-couture.

L'écrivain Stéphane Mallarmé compose en 1874 une série de journaux illustrés dédiés à l'élégance féminine, La Dernière Mode. Il explique à ses lectrices la signification du mot fashion : « Pour achever de vous réconcilier, Mesdames, avec la Gazette de la Fashion, soyez assurées qu'elle aura souvent l'occasion de vous prier de tourner le feuillet, vous renvoyant ainsi aux illustrations qui reproduiront, le plus souvent possible, les dernières créations des premières maisons de la capitale; car Fashion veut dire Mode, et c'est ce dont la Gazette a la mission de s'occuper ».

Les maisons de couture apparaissent progressivement. En 1889, est créée la maison Lanvin.

Les auteurs du XIXe siècle décrivent une société élégante et snobe, où l’aristocratie et la bourgeoisie de la Belle Époque, imposent ses goûts et ses styles.

Ce beau monde, à l’affût des nouvelles tendances à la mode, se donne rendez-vous dans les grands lieux publics de la capitale ou encore dans les premières stations balnéaires de la Côte d’Azur.

Si une mode peut être décorative ou culinaire, on utilise surtout le terme fashion pour parler de ce qui a trait à l’habillement et au bon ton. 

Aujourd’hui, le mot fashion désigne une personne, un phénomène ou un objet qui est à la mode ou en vogue, c’est-à-dire qui répond à des codes et à des tendances définis par la société.


Le Moniteur de la Mode, 1879, Paris

Fashion et métiers d'art français

La fabrication de la dentelle

La réputation de la fashion française est avant tout due aux artisans qui produisaient les vêtements de luxe, exportés en Europe puis dans le monde entier.

Les grands couturiers, comme Gabrielle Chanel, Christian Dior ou Yves Saint-Laurent, ont contribué à ce rayonnement de la France dans la haute-couture. On retrouve encore les métiers traditionnels qui ont permis l’export de la fashion à la française et d'une société élégante. 

Ces métiers d’arts et pratiques qui ont fait la réputation de la France dans l’univers de la mode sont aujourd'hui protégés et mis en valeur, comme le tissage de la dentelle de Calais-Caudry, celle d’Alençon, ou encore du Puy-en-Velay.

La dentelle demeure l'un des symboles les plus connus de la haute-couture française. 

 Détail de dentelle d'Alençon
 

Envie d'en savoir plus sur le patrimoine ? Découvrez toutes nos anecdotes insolites !

Amoureux d'histoire et de patrimoine ? Explorez gratuitement plus de 650 sites français et belges pendant 1an avec le Pass Patrimoine !

 

Tags: