Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
7990

Le château de Commarque : la forteresse oubliée

Dissimulé au cœur des forêts du Périgord Noir, entre Sarlat et Les Eyzies de Tayac-Sireuil, le majestueux château de Commarque s’élève vers le ciel.

Du haut de cet éperon rocheux, 15 000 ans vous contemplent et vous donnent rendez-vous, en région Nouvelle-Aquitaine, pour un voyage au temps des châteaux forts et des donjons !

C’est dans cet écrin de verdure du département de la Dordogne, loin de l’agitation moderne, que ce site classé monument historique, raconte tel un livre ouvert, son histoire plurimillénaire.

Explorez en images le château de Commarque et son histoire racontée par ses actuels propriétaires !

Grotte préhistorique et habitat troglodytique près des Eyzies de Tayac-Sireuil

Grotte troglodytique avec une habitation reconstituée ©Marie-Thérèse Hébert et Jean Robert Thibault

Dans ce territoire naturel protégé et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, les siècles se superposent tel un véritable millefeuille à travers plusieurs grottes.

Les entrailles du château de Commarque recèlent une grotte préhistorique occupée lors de la période Paléolithique du Magdalénien, soit 17 000 à 12 000 ans avant notre ère.

Découverte en 1915, cette grotte est précieuse pour ses représentations pariétales qui recouvrent la roche. Elles attestent la présence de chasseurs du Paléolithique. 

Au pied du château de Commarque, des habitats de troglodytes témoignent du travail de la main de l'homme dès le IXe siècle, sur la roche naturelle. 

Le château fort de Commarque

Chapelle Saint-Jean du château de Commarque. Au fond, le château de Laussel

Le château de Commarque a été érigé dans un premier temps, au XIIe siècle au cœur de ce paysage exceptionnel, alimenté par une source.

Le point de vue permet de surveiller sereinement depuis le castrum, la vallée de la Vézère, aussi appelée Vallée de l'Homme.

Un donjon en bois est bâti par un des deux abbés de l’abbaye de Sarlat du début du XIIe siècle, nommé Garin ou Randulphe de Commarque. Le castrum a alors pour but de défendre l’abbaye, située à quelques kilomètres à l’est de Commarque. 

Avec la pierre dorée du Périgord, on fortifie progressivement le château.

Gérard de Commarque devient seigneur du lieu. Il est chevalier de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, appelé aussi ordre des Hospitaliers. En faisant don de ses biens à cet ordre hospitalier et militaire œuvrant pour la croisade, Commarque devient un siège de l’une des commanderies de Saint Jean de Jérusalem. La chapelle Saint-Jean est érigée.

Des familles nobles, comme les Cendrieux, les Gondrix et les Beynac, viennent successivement s’installer au château en coseigneurie avec les Commarque.

On ajoute au château, des remparts, des douves et son donjon vertigineux est élevé à 80 mètres. Commarque impose sa puissance au sein de la région.

Au XIVe siècle, l’ensemble castral se dote de courtines et d’un mâchicoulis entourant le donjon.

Le donjon du château de Commarque

Le château de Commarque : légendes et batailles

Fenêtre à colonnettes du donjon

Les seigneurs de Beynac, devenus les puissants maîtres du château, s’illustrent durant la guerre de Cent Ans face aux Anglais. Commarque devient le théâtre des affrontements entre le royaume d'Angleterre et la couronne française.

Une mystérieuse légende datant du XVe siècle, entoure le château de Commarque. Les Beynac et les Commarque, les deux grandes familles rivales du lieu, se livrent à ce moment, une guerre sans merci pour agrandir leur territoire.

Secrètement, le fils du seigneur de Beynac et la fille du comte de Commarque tombent épurdement amoureux l'un de l'autre. Mais, en apprenant la nouvelle, le comte de Commarque, furieux, fait décapiter le gentilhomme au pied du donjon. 

Depuis ce drame, on raconte que le cheval de la victime galope les nuits de pleine lune, pour retrouver son maître à travers les ruines du château. Certaines personnes l'auraient croisé et seraient mortes de façon inexpliquée...

Plus tard, les seigneurs du château soutiennent la Réforme protestante. Mais, en 1569, le château est repris par les catholiques.

 

Commarque : la forteresse oubliée du Périgord Noir

Situé dans une vallée reculée de la Beune, le château de Commarque est progressivement déserté par les familles seigneuriales. Guy de Beynac, dernier résident du domaine, y meurt en 1656.

Délaissé au XVIe siècle et utilisé comme carrière de pierres, il est abandonné au XVIIIe siècle, ce qui lui vaut le surnom de « forteresse oubliée ».

Le réveil du château de Commarque

Le château se réveille que quatre siècles plus tard, avec Hubert de Commarque, descendant direct des premiers occupants. Il décide en 1968, de reprendre le domaine et de sauver le site.

Commarque, enfoui parmi les arbres, a conservé toute la magie des siècles.

Depuis, Hubert de Commarque s’emploie avec ses enfants, Aude et Jean de Commarque, à restaurer les ruines et redonner un souffle au château. Archéologues, historiens, archivistes, maçons, charpentiers et tailleurs de pierre œuvrent pour sauver et mieux connaître le château de Commarque.

Ce travail titanesque a été récompensé par le Grand trophée de la plus belle restauration en 2018.

À travers une visite guidée, un escape game historique ou une visite 3D dans la grotte préhistorique, le château de Commarque permet avec ses nombreuses activités, de percer les mystères du site. Un audio guide avec la voix de l'acteur Guillaume Galienne, vous plonge dans l'histoire du lieu !

D'autres expériences comme le tir à l'arc et la descente en rappel sont proposées !


Ruines du château de Commarque en 2012 ©Marie-Thérèse Hébert et Jean Robert Thibault

Retrouvez toutes les informations nécessaires à la visite du Château de Commarque en suivant ce lien.

Visitez plus de 650 châteaux français et belge gratuitement et pendant 1 an avec le Pass Patrimoine !

Tags: