Pass Patrimoine 600 monuments 2022 page
15/06/2022
1711

L'Aube berceau des Templiers

Hugues de Payns, premier Grand Maître de l'ordre du Temple. Peinture Henri Lehman, Château de Versailles

Le saviez-vous ? La Champagne, actuel département de l’Aube, est le berceau de l’ordre des Templiers !

Son fondateur est Hugues de Payns, vassal du comte de Champagne, Hugues de Blois. Dans le contexte des croisades, il part en Orient en 1104 puis en 1114. C’est lors de ce second séjour qu’il décide de rester en Terre sainte, pour fonder la confrérie des « pauvres chevaliers du Christ ». Il se donne ainsi pour mission de protéger les pèlerins en chemin vers Jérusalem et de fournir une armée d’appui permanente aux Etats latins d’Orient.

Le 23 janvier 1120, lors du concile de Naplouse, le roi de Jérusalem, Baudouin II, donne à Hugues de Payns et ses compagnons une partie de son palais, près du « Temple de Salomon », d’où le nom d’ordre du Temple. Hugues de Payns est élu maître de l’ordre à cette occasion.

Le comte de Champagne, Hugues de Blois, rejoint à son tour les Templiers, en 1125, accordant un nouveau prestige à cet ordre. Il cherche ainsi à laver l’honneur de son lignage après la défection, jugée précoce de son frère, le comte de Blois, au cours du siège d’Antioche, en 1098.

Dans le même temps, Hugues de Payns demande le soutien de son cousin, Bernard, abbé de Clairvaux. Vers 1128-1129, celui-ci écrit le De laude novae militiae, ou Eloge de la nouvelle chevalerie, lequel apporte la justification à la fondation d’un ordre composé de moines-soldats.

Forts de ces soutiens de poids, les Templiers obtiennent la reconnaissance papale de leur ordre lors du concile de Troyes, qui se tient le 13 janvier 1129. La commanderie de Troyes est fondée peu de temps après. Située en plein cœur de la ville, elle est louée aux marchands et aux négociants lors des prestigieuses foires de Champagne.

Au fil des années, grâce aux dons de seigneurs, soucieux du repos de leur âme, un très grand nombre de commanderies sont fondées en Occident. Sur le modèle des abbayes cisterciennes, les frères convers et profès font fructifier ces terres acquises. Les revenus générés permettent de financer la guerre, les armes et l’entretien des forts en Orient.

En moins de deux siècles, les Templiers sont à la tête d’un vaste empire foncier. On compte à leur chute, en 1312, environ 700 commanderies dans toute l’Europe.

Dans l’Aube, territoire cher au cœur du fondateur de l’ordre, au moins 7 commanderies sont implantées, dont celle d’Avalleur, qui fait partie des ensembles templiers les mieux conservés de France.

Vue aérienne de la Commanderie d'Avalleur dans l'Aube © ADN (AirDroneNetcam)

La commanderie d’Avalleur : la mieux conservée de l'Aube

Chapelle de la commanderie d'Avalleur © AdobeStock

Située sur un plateau dominant la Seine, à 2 km de Bar-sur-Seine, la commanderie d’Avalleur est fondée entre 1142 et 1167.

Grâce aux nombreuses donations de nobles locaux, la commanderie s’étend au fil des décennies. Elle compte jusqu’à 4 maisons secondaires et près 1500 hectares de terres cultivées et de forêts, à la chute de l’ordre du Temple.

La chapelle de la commanderie, à l’architecture templière typique, est érigée au début du XIIIe siècle. Parvenue jusqu’à nous, elle conserve même sa charpente en chêne d’origine.

Corps de logis de la Commanderie d'Avalleur dans l'Aube © Antoine Vitek - Culturez-Vous

Lors de l’abolition de l’ordre du Temple, en 1312, la commanderie d’Avalleur devient propriété des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem.

Lourdement endommagés lors de la guerre de Cent Ans, les bâtiments conventuels des templiers sont remaniés au début du XVIe siècle.
Le commandeur Hospitalier, Jean de Choiseul entreprend ces travaux et laisse, en signature, ses armoiries sur plusieurs linteaux. Il fait également bâtir la poterne d’entrée à l’aspect fortifié.

L’activité principale de la commanderie est agricole. Le corps de logis se compose ainsi, au rez-de-chaussée, de salles en enfilades pour la vie communautaire, surmontées de greniers pour entreposer les récoltes. L’ensemble repose sur des caves où sont gardés vivres et tonneaux.

Confisqué et vendu aux enchères au cours de la Révolution, l’édifice est transformé en ferme. La chapelle, propriété de la commune, en vertu de la loi de 1905, est classée monument historique en 1921.

Intérieur de la chapelle d'Avalleur dans l'Aube © Olivier Douard

En 2008, le logis de la commanderie d’Avalleur est acheté par le Conseil départemental de l’Aube, qui acquiert également la chapelle en 2020.

Un vaste chantier de fouilles est entrepris sur le site avant de le restaurer. Ouverte au public en 2021, l’exposition permanente entraîne les visiteurs au temps des templiers pour découvrir leur quotidien, de la table au coucher.

La commanderie d’Avalleur vous accueille désormais du mardi au dimanche, de mai à octobre, depuis 2019. En plus d’une visite libre, une visite guidée avec des chevaliers templiers, ou encore à une chasse aux trésors, vous sont proposés quotidiennement.

 

 

Chasse aux Trésors à la commanderie d'Avalleur dans l'Aube © Le Bonheur des Gens

Fête templière à la Commanderie d'Avalleur dans l'Aube © Olivier Douard

En 2022, une exposition temporaire présentant les poteries et verreries médiévales découvertes sur le site vous permet de mieux saisir la vie des chevaliers dans la commanderie.

Découvrez le site et participez à de nombreux ateliers les 17,18 et 19 juin à l’occasion des Journées européennes de l’archéologie !

Un programme culturel varié est également proposé pour tous les publics, avec pour temps fort :
-  Le trail – L’Aube des Templiers le 9 juillet
-  Une fête médiévale, les 10 et 11 septembre.
Des conférences et des concerts sont également organisés tout au long de la saison.

Plus d’infos : Site de la commanderie d'Avalleur

Promenade sur les traces des Templiers dans l’Aube

Réfectoire de l'Abbaye de Clairvaux dans l'Aube © Sylvain Bordier

Le musée Hugues de Payns. Il retrace la vie du fondateur et premier grand maître de l’ordre du temple, ainsi que l’épopée des Templiers. Y sont également présentés les vestiges archéologiques de la commanderie de Payns, fondée grâce au don fait par Hugues puis son fils aîné.

L’abbaye de Clairvaux : fondée en 1115 par saint Bernard de Clairvaux. C’est là que l’abbé rédige l’Eloge de la nouvelle chevalerie, qui justifie et valide l’existence des moines-soldats. Le troisième maître du Temple, Evrard de Barres s’y retire aux côtés du moine en 1152.

La cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes : c’est dans la cathédrale romane, détruite par un incendie en 1188, que se tient, en 1129, le concile de Troyes, qui donna officiellement naissance à l’ordre du Temple. Seuls trois éléments architecturaux subsistent de cette période, dont une frise décorée de palmettes dans le collatéral sud du chœur.

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes dans l'Aube © BC Image

Lac d'Amance au cœur du Parc naturel régional de la Forêt d'Orient dans l'Aube © Olivier Douard

La Forêt d’Orient : elle est acquise en 1255 par le Templiers pour assurer l’exploitation de ses 1200 hectares. Cette forêt de grands chênes a alimenté bien des mythes et légendes sur le fameux trésor des Templiers. Aujourd’hui, un parcours balisé de 5,5 km vous permet de percer tous ses secrets !

La commanderie de Fresnoy : fondée dans les années 1180-1190, elle conserve encore sa chapelle et sa salle capitulaire, classés monuments historiques. Aujourd’hui située sur la commune de Montpothier, elle appartient à des privés et ne reçoit pas de public.

L’abside de Mesnil-Saint-Loup : de cette ancienne seigneurie appartenant aux Templiers, reste aujourd’hui une abside semi-circulaire du XIIe siècle.

Pour continuer votre périple sur les pas de cet ordre mythique, découvrez la Route des Templiers, dont le département l’Aube est l’un des membres-fondateurs. Elle vous mènera de Temple Church en Angleterre, à Tomar au Portugal.

Pour en savoir plus sur la route européenne des Templiers.

Tags: